Accueil - Nos solutions

Nos solutions

La chirurgie réfractive consiste à toute opération chirurgicale dans le but de donner la plus grande indépendance possible en correction au patient. Ce sont les Chirurgies par Laser (Lasik, Presbylasik, PKR, Trans-PKR), Chirurgie de Cristallin Clair ou Chirurgie par Implant Phaque. Ce sont des chirurgies indolores, ambulatoires qui durent entre 30 secondes et 5 mn par œil.

1

Chirurgie Réfractive au Laser

2

Chirurgie Réfractive du Cristallin Clair

3

Chirurgie Réfractive par Implant Phaque

1 – La Chirurgie Réfractive au laser

La chirurgie par Laser Lasik/Presbylasik : La chirurgie par Lasik reste la chirurgie de référence pour traiter les troubles de la réfraction que sont l’hypermétropie, L’astigmatisme, La myopie jusqu’à -8 dioptries ainsi que la presbytie.

Elle consiste en un 1er laser qui va réaliser un capot au niveau de la cornée (tel un capot de voiture) ce qui va durer une dizaine de seconde.

Puis votre chirurgien va soulever ce capot et va réaliser un 2nd laser dans l’épaisseur de la cornée (le stroma cornéen) qui va réaliser le traitement visuel. Le 2nd laser dure entre 1 et 15 secondes selon l’importance du trouble.

Enfin votre chirurgien replace ce capot et la chirurgie est terminé. Il faut compter un temps total de 5 mn par œil.

Un contrôle post-opératoire précoce, suite au Lasik/Presbylasik, pour vérifier que votre capot ne s’est pas déplacé est réalisé à 24-48 heures. Et d’autres contrôles sont réalisés au besoin selon la vitesse de cicatrisation.

La Chirurgie par Lasik

La chirurgie par Lasik reste la chirurgie de référence pour traiter les troubles de la réfraction que sont l’hypermétropie, L’astigmatisme, La myopie jusqu’à -8 dioptries ainsi que la presbytie.

Elle consiste en un 1er laser qui va réaliser un capot au niveau de la cornée (tel un capot de voiture) ce qui va durer une dizaine de seconde.

Puis votre chirurgien va soulever ce capot et va réaliser un 2nd laser dans l’épaisseur de la cornée (le stroma cornéen) qui va réaliser le traitement visuel. Le 2nd laser dure entre 1 et 15 secondes selon l’importance du trouble.

Enfin votre chirurgien replace ce capot et la chirurgie est terminé. Il faut compter un temps total de 5 mn par œil.

La Chirurgie par Prebylasik

La chirurgie par Presbylasik est indiquée chez le patient hypermétrope (et/ou emmétrope de façon moindre) à partir de 40 ans. La chirurgie est la même que pour le Lasik mais avec une tactique de traitement différente.

Il existe plusieurs tactiques de traitements selon les chirurgiens. Les études montrent que la méthode la mieux apprécié par le patient est celle du traitement combiné :

  • L’œil dominant est traité qu’en vision de loin : traitement de l’hypermétropie et/ou de l’astigmatisme
  • L’œil dominé reçoit un traitement multifocal qui va surtout améliorer la vision de près.

Cette méthode, par rapport aux autres qui existent, à l’avantage de ne pas altérer la vision de loin en binoculaire au dépend de la vision de près. Les 2 yeux en fusionnant permettront de voir de loin et de près. Il est important à bien assimiler que l’on a une vision dite « de compromis » avec un œil meilleur de loin et un œil meilleur de près. Cela permet une indépendance globale dans 95% des situations. Mais le patient peut nécessiter une correction optique « d’appoint » pour une vision de précision de loin (exemple : conduite durant un certain temps) et/ou une vision de précision de près (exemple lire un livre la nuit durant 3 heures).

Lors de la chirurgie par Presbylasik, c’est d’abord la vision de loin qui s’améliore puis ensuite la vision de près.

Un contrôle post-opératoire précoce, suite au Lasik/Presbylasik, pour vérifier que votre capot ne s’est pas déplacé est réalisé à 24-48 heures. Et d’autres contrôles sont réalisés au besoin selon la vitesse de cicatrisation.

Le risque principal du Lasik/Presbylasik est l’ectasie cornéenne (déformation progressive et irréversible de la cornée). Cela est devenu très rare de nos jours (1 cas sur 700 000) car l’on pratique des bilan per-opératoires complets ce qui permet d’éliminer ce risque.

En effet, il existe plusieurs normes de sécurité que votre chirurgien va vérifier minutieusement dans votre bilan préopératoire : PTA (Pourcentage de Tissu Ablaté) < 40%, Epaisseur cornéenne préopératoire > 500 microns, Mur postérieur résiduelle > 300 um, Absence de bombement cornéen douteux, Score de Gatinel et Saad…)

C’est pourquoi le Dr El Alami Trebki réalise systématiquement votre bilan préopératoire en au moins, 2 temps pour réaliser tous les examens préopératoires et n’autorisera une chirurgie quelle qu’elle soit que si tous les feux sont au vert et qu’il n’y a aucune contre-indication en préopératoire.

Il faut noter que 30 à 40 pour cent des patients sont contre-indiqués à une chirurgie par Lasik.

PhotoKéractectomie Réfractive

PKR-Trans PKR

La PhotoKératectomie Réfractive, est un laser de surface, il permet de traiter les myopies modérées ainsi que les légères hypermétropies et astigmatismes. Il est indiqué chez les patients ayant une contre-indication au Lasik (cornée fine ou douteuse, petit œil…) ainsi que pour certains métiers dont le risque de trauma oculaire est élevé (Militaire, Pompier, Boxeur…).

Effectivement le principe de la PKR est de réaliser un 1er traitement qui consiste à enlever l’épithélium (de façon vulgaire : la peau de l’œil qui va repousser par la suite) soit par un simple grattage soit par le Laser quand c’est réalisable (TransPKR).

Puis votre chirurgien va directement réaliser le traitement du trouble réfractif au laser ce qui va durer une dizaine de secondes.

En fin de chirurgie, on placera au niveau de l’œil opéré, une lentille de contact dit « lentille pansement » dont le but est de diminuer les douleurs due à la cicatrisation de l’épithélium.

L’avantage de cette technique est que la durée totale de la chirurgie est très rapide de l’ordre de 30 secondes à 1 minute par œil, c’est une chirurgie totalement indolore.

Son inconvénient est que, comme l’épithélium a été enlevé en début de chirurgie, cet épithélium doit repousser. Le temps de la repousse fait que l’on puisse sentir une certaine gêne, voir douleur selon les patients, durant 48/72 heures. Le temps de la repousse fait aussi que l’on n’a pas une vision nette de suite, et que la vision va s’améliorer progressivement de semaine en semaine. Malgré ces quelques désagréments comparés au lasik, elle permet de retrouver par la suite une bonne vision et donne pleine satisfaction aux patients.

Le contrôle post-opératoire se réalise à J7-J10 , pour laisser le temps à l’œil de cicatriser. Et ca sera lors de ce contrôle que la lentille pansement vous sera enlevé. Si jamais cette lentille venait à tomber avant, surtout ne la remettez pas, ne remettez pas de lentille et venez à votre contrôle post-opératoire à la date prévue.

Le risque principal de la PKR-TransPKR est le haze cornéen qui est une opacification transitoire de la cornée due à un phénomène inflammatoire. Ce haze est devenu rarissime de nos jours avec l’utilisation de la mitomycine (de façon systématique par le Dr El Alami Trebki quel que soit votre niveau d’amétropie) en per-opératoire ainsi que des anti-inflammatoire en collyre en post-opératoire durant 1 mois.

Les effets secondaires

Le Dr El Alami Trebki réalise une dizaine de chirurgie par laser par demi-journée à la Clinique de la Vision à Montpellier.

Comme toutes chirurgies, Lasik comme PKR possèdent des effets secondaires. Les effets secondaires peuvent être fréquent et sont en général bénin. Les effets secondaires principaux sont au nombre de 2 et ils sont donc important à connaitre avant votre chirurgie :

  • Le syndrome sec : L’œil peut être sec après une chirurgie, cela est généralement bénin, on ressent des grains de sable et l’œil peut pleurer après la chirurgie. On met des gouttes pour hydrater avant et après la chirurgie, jusqu’à 3 mois après la chirurgie et cela revient dans l’ordre. Il est important qu’il n’y ait pas de syndrome sec avant la chirurgie, c’est pourquoi le Dr El Alami Trebki réalisera un ou plusieurs examens minutieux de votre surface oculaire et n’autorisera la chirurgie que si l’œil est opérable.
  • Les halos lumineux : La chirurgie par Laser peut induire des halos lumineux visibles surtout le soir. En effet, lorsque l’on conduit le soir, si l’on est face a une lumière artificielle telle qu’une lumière de phare de voiture ou une lumière de lampadaire, on peut voir des halos lumineux autour de ces lumières. Cela ne contre-indique pas la conduite mais est important à connaitre avant la chirurgie pour ne pas être étonné. Les halos lumineux tendent à s’améliorer avec le temps avec le phénomène de neuro-adaptation.

Les Halos lumineux, effet secondaire possible après la pose d'implant multifocaux 

Les complications

La complication principale étant l’infection. Heureusement le taux d’infection est rare en chirurgie par Laser voir exceptionnel. Cela est due aux règles d’asepties très stricte lors de la chirurgie ainsi qu’a l’implication entière due patient dans son traitement post-opératoire et au respect de la fiche de conseil que vous avez reçu avant la chirurgie. Une infection, aussi rare soit-elle, peut être traité, prise à temps, soit par collyre ou lavage du volet de façon chirurgicale.

Une autre complication, rare aussi, à la suite du Lasik est l’invasion épithéliale. Elle est due à la migration de cellules épithéliales dans l’interface du volet ce qui peut occasionner rarement une baisse de vision. Si cette invasion épithéliale occasionne une baisse de vision, un traitement est possible par soulèvement du volet et grattage des cellules épithéliales.

La Kératite lamellaire diffuse est un phénomène inflammatoire, rare, qui se produit à la suite d’une chirurgie par Lasik. Elle est due à une réaction inflammatoire importante en post-opératoire. Elle est traitée en général par une augmentation du traitement anti-inflammatoire.

Le Syndrome du fluide dans l’interface est une autre complication rare du Lasik du au traitement anti-inflammatoire post-opératoire. Heureusement ce syndrome est devenu exceptionnel depuis la diminution de la durée de traitement post-opératoire par gouttes anti-inflammatoire. Cette complication est réversible en général à l’arrêt des traitement anti-inflammatoires.

Le déplacement du capot suite a un Lasik est aussi rare et peut arriver surtout dans les premièrs jours post-opératoires. C’est pourquoi, il ne faut surtout pas se frotter les yeux dans les premiers jours post-opératoires.

La Régression est le fait que le trouble réfractif revienne avec le temps, il est statistique de l’ordre de 5%. Effectivement, on ne pourra jamais vous promettre que votre vision restera stable à 100 % toute la vie (et si un chirurgien vous le dit, fuyez !) mais 95% de personnes qui n’ont pas de régression est déjà un bon score en soi. Si jamais vous faites parties de ces 5 % de personnes qui ont une régression, une retouche chirurgicale est en général possible si votre cornée est assez épaisse. A noter que parmi les personnes qui ont une régression seulement 20% auront une régression tellement importante qu’elle nécessitera une retouche chirurgicale donc au final sur 100 patient opérés 1 seule nécessitera une retouche.

Aussi la chirurgie ne stoppe pas l’évolution naturelle de la vue, c’est pourquoi une chirurgie n’est proposé qu’à partir de 18 ans si la vision est stable depuis au moins 2 ans. De plus naturellement, et pour tous le monde, la presbytie apparaitra à partir de 40 ans et la cataracte à partir de 65 ans. Heureusement tout peut se traiter par la suite, même si une chirurgie a déjà été réalisé.

La Sur ou Sous Correction peut arriver dans 0.5% des cas à la suite du laser malgré un bilan préopératoire complet. Elle peut avoir plusieurs causes et en général est due à un effort accommodatif important du patient qui ne se relâche pas en post-opératoire. Si cette sur-ou sous correction persiste à 6 mois post-opératoire, une retouche chirurgicale peut-être réalisé, sans aucuns frais supplémentaires pour le patient.

Devant le listing des risques et complications, la chirurgie au laser peut être stressante. Tout a été listé dans un but informatif et médicolégal et surtout plus le patient en sait avant la chirurgie et mieux c’est. Mais fort heureusement les complications sont rares, la chirurgie est considérée comme sure et le taux de satisfaction post-chirurgie réfractive est de 99%.

Le Stress est assez fréquent en préopératoire, c’est normal, c’est une opération qui touche les yeux. Le Dr El Alami Trebki Hicham et son équipe sont habitué à cela et sur 10 patients opéré sur une demi-journée 8 à 9 seront stressés et le Dr El Alami Trebki soupçonne que le dernier patient fait semblant de ne pas être stressé.

C’est pourquoi il vous est prescrit un médicament à but anxiolytique à prendre 1 heure avant votre chirurgie et de venir 30 mn avant la chirurgie pour être pris en charge par la sophrologue de la Clinique de la vision qui vous réassurera et vous réexpliquera les étapes de votre chirurgie. Tous cela permet de faire que pour la grande majorité des patients cela se passe très bien.

Pour les rares patients qui n’arrivent pas relâcher leur stress malgré tous cela, on arrive dans 100% des cas à faire l’opération sans soucis. Effectivement, les lasers sont soit dit « contact » donc en contact avec l’œil et l’œil ne peut pas bouger dans un souci de sécurité de traitement soit dit « non-contact » et dans ce cas là le laser possède un « eye tracker » qui va suivre le mouvement oculaire et permettre la bonne réalisation du traitement.

Si vous avez une inquiétude n’hésitez pas à en discuter avec le Dr El Alami Trebki Hicham, il se fera un plaisir de vous détailler tel ou tel point. Le Dr El Alami Trebki Hicham a lui-même été opéré de chirurgie réfractive au laser, il pourra vous partager son expérience ou vous mettre en relations avec des patients déjà opéré pour avoir leur propre retour. En effet, il n’y a rien de plus rassurant que l’expérience d’autres patients. En attendant , vous pouvez voir l’avis de patients déjà opéré sur ce lien

Quelle prise en charge pour ma chirurgie au laser ?

Les chirurgies au laser sont considérées comme chirurgie esthétique par la sécurité sociale et ne donnent donc pas de droit à de prise en charge par la sécurité sociale. Les mutuelles, elles, peuvent prendre en charge tout ou partie de la chirurgie selon votre mutuelle. Une fois que le bilan avec le Dr El Alami Trebki sera complet, le secrétariat vous enverra le devis exact pour le transmettre à votre mutuelle.

2 – La Chirurgie réfractive du Cristallin Clair

La cataracte correspond à l’opacification du cristallin qui apparait en général à partir de 65 ans. Ce qui entraine une baisse de vision d’abord de loin puis de près. La chirurgie de la cataracte est une chirurgie qui consiste à enlever ce cristallin opacifié. La chirurgie du cristallin clair est exactement la même chirurgie sauf que le cristallin n’est pas opacifié. Dans tous les cas, la chirurgie est ambulatoire, indolore et va durer 10-15 minutes. L’anesthésie est loco-régionale avec des collyres et une perfusion (Il n’y a pas de piqures dans l’œil et pas de douleurs). Le Dr El Alami Trebki réalise une dizaine de chirurgie de cataracte/ cristallin clair par demi-journée opératoire.

La chirurgie consiste en l’extraction de ce cristallin par Phakoémulsification grâce à des Ultrasons ou simple aspiration dans la cas du cristallin clair. C’est de la microchirurgie qui se réalise au microscope opératoire avec des incisions cornéenne de 2,2 mm. Il n’y a aucune suture réalisée en fin de chirurgie.

Dans un souci d’efficacité et de diminution du risque infectieux, on ne fait pas les 2 yeux le même jour mais un œil après l’autre à 1 ou 2 semaines d’intervalles. Vous aurez un contrôle post-opératoire 1 semaine après chaque opérations et 1 mois après l’opération du dernier œil ce qui sera en général le contrôle final.

Le Dr El Alami Trebki réalise ses chirurgies de Cataracte, Cristallin Clair et par Implants Phaques à la Clinique Via Domita à Lunel ainsi qu’à la clinique Saint-Roch à Montpellier.

Lors de la chirurgie, il y a systématiquement la pose d’un implant cristallinien, ce qui va remplacer le cristallin opacifié. Cet implant peut-être :

Monofocal simple

C’est l’implant standard qui est prise en charge par la sécu. Il ne permet pas, en général, une indépendance globale en lunette et nécessite une correction en post-opératoire soit que de près, soit progressive, soit que de loin selon le désir du patient. Ce type d’implant n’est plus du tout posé par le Dr El Alami Trebki depuis l’avènement du monofocal plus.

Monofocal plus

(Eyhance de Johnson & Johnson) : Il est comme le Monofocal, pris en charge totalement par la sécu et donne en plus une légère profondeur de champs donc une meilleure indépendance en correction sans être considéré pour antant comme un implant premium (c’est-à-dire donnant une indépendance globale en correction). Il nécessitera une correction en post-opératoire soit que de près, soit progressive, soit que de loin selon le désir du patient.

Implant Premium EDOF

EDOF (Extended Depth Of Focus) ou implant à profondeur de champ élargie (Vivity de chez Alcon) pour une chirurgie de la cataracte à visée réfractive ou une chirurgie de cristallin clair : Ces implants sont à privilégier pour les patients qui veulent une plus grande indépendance en lunettes en vision de loin et intermédiaire (exemple : golfeur, patient pratiquant du tir…). Ils sont aussi adaptés aux patients qui sont contre-indiqués aux implants multifocaux. Ils donnent une bonne vision de loin jusqu’à 40 cm. Ils nécessitent une paire d’appoint pour la vision de près à 30 cm. Ils n’ont pas de contre-indications particulières.

Implant Premium Multifocaux

(Synergy de chez Johnson & Johnson) pour une chirurgie de la cataracte à visée réfractive ou une chirurgie de cristallin clair : Ces implants sont à privilégier pour les patients qui veulent la plus grande indépendance en lunettes. Ils partagent la lumière en vision de loin, intermédiaire et près. Comme la lumière est partagé, cela nécessité un bilan oculaire préopératoire sans aucune pathologie (hors la cataracte).

  • Les implants multifocaux sont ainsi contre-indiqués pour les patients avec antécédents de pathologie ophtalmologiques tel que la DMLA et le Glaucome ou de pathologies générales évolutives tel que le Diabète ou les maladies auto-immunes. Pour les patients ayant une contre-indication aux multifocaux et voulant la plus grande indépendance en lunette, on se dirigera plutôt vers les EDOFs
  • Le fait de partager la lumière peut entrainer 2 effets secondaires principaux, fréquents mais pas génants, donc intéressant à connaitre avant chirurgie :
    • Les Halos lumineux, comme la chirurgie par laser, après pose d’implants multifocaux, on peut ressentir la nuit lorsque l’on conduit et si l’on a en face de soit une lumière artificielle tel qu’une lumière de lampadaire ou de phare de voiture des halos au niveau de ces lumières. Cela ne contre-indique pas la conduite mais peut être gênante pour qui conduit souvent la nuit.

    • La diminution du contraste de nuit. En effet, le fait de séparer la lumière en plusieurs point focaux fait que, de près la nuit, il est parfois nécessaire de mettre plus de lumière pour lire.
    • Ces 2 effets secondaires, bien que légers, ne se retrouvent pas dans les implants EDOFs

Tous ces implants existent aussi en version toriques : qui corrigent l’astigmatisme lorsqu’il est nécessaire de la corriger. On possède tous un astigmatisme résiduel qui lui n’est pas nécessaire de corriger.

Les marques citées ci-dessus, sont juste à but informatifs. Le Dr El Alami Trebki n’est lié à aucuns labos. Il ne se base que sur les études réalisées, le retour lors des congrès ainsi que son ressenti expérimental pour choisir la marque de l’implant. Ces implants cités peuvent donc être amené à changer et dès lors, cela sera mis à jour sur le site.

Selon le bilan préopératoire, vos attentes, indications et contre-indications vous choisirez avec le Dr El Alami Trebki, le type d’implant possible pour vos yeux qui vous donnera la meilleure satisfaction.

Quel que soit le type d’implant choisit, comme toujours, on n’aura pas une vision bionique en post-opératoire et une correction d’appoint ou de repos peut être utile selon les situations. Sachant que les implants premiums permettent une indépendance globale en lunettes dans 95% des situations.

A noter que les implants premiums ne sont pas totalement pris en charge par la sécu, et qu’il y a un surplus pour le patient à 400-500 euros par œil pouvant être pris en charge par la mutuelle selon les mutuelles.

Les effets secondaires

L’effet secondaire lié à tout type de chirurgie oculaire est le syndrome sec. On peut ressentir une sensation de grains de sable et avoir les yeux qui pleurent (par réaction reflexe). En effet, avec l’âge, le risque de syndrome sec augmente. C’est pourquoi il est important de bien hydrater vos yeux en pré et post opératoire. Le syndrome sec est en général transitoire et tend à s’améliorer au bout de quelques mois avec l’administration de collyres hydratants.

Les complications
  • Le risque principal de la chirurgie est l’endophtalmie : infection intra-oculaire. Ce risque est rare de 0.2 à 0.32% selon les études. C’est pourquoi les règles d’asepties sont strictes et il ne faudra pas ramener ses mains aux niveau des yeux une fois que la 1ère désinfection à la bétadine est réalisée.
    • Le Dr El Alami Trebki réalise plusieurs désinfections à la bétadine avant l’opération dans le but de diminuer au maximum ce risque infectieux. La bétadine a fortement diminué le taux d’infections de la chirurgie de la cataracte et est utilisé systématiquement (pas de contre-indication avec l’allergie à l’iode). La bétadine, en tant que désinfectant peut piquer au niveau de yeux. Il ne faut pas s’inquiéter, le Dr El Alami Trebki complètera systématiquement l’anesthésie juste avant de commencer l’opération avec un gel anesthésique ainsi qu’un anesthésiant intra-oculaire.
    • La chirurgie est systématiquement terminée par l’injection d’un antibiotique au niveau du site opératoire.
    • Le patient possède des gouttes antibiotiques et antiseptiques en post-opératoire de façon systématique.
  • La rupture capsulaire est le fait d’avoir une capsule rompue pendant ou après l’extraction du cristallin. Son taux est de 1%. L’implant étant injecté dans la capsule, selon la rupture, cela peut nécessiter un changement de stratégie opératoire voire une opération en 2 temps pour clipper l’implant à la face postérieure de l’iris au lieu de l’injecter dans la capsule.
  • L’œdème de cornée post-opératoire est fréquent et en général bénin, il peut expliquer le fait que la vision est trouble en post-opératoire et se résout en général dans le mois qui suit la chirurgie. Votre chirurgien peut être amené a vous modifier le traitement.
  • L’Oedeme maculaire post- chirurgie de la cataracte ou syndrome d’Irvin Gass est une complication due à une réaction inflammatoire au niveau de la rétine et est le plu souvent bénin. Il peut expliquer la non-amélioration de l’acuité visuelle en post-opératoire précoce et se traite dans la plupart des cas avec des collyres et des comprimés anti-inflammatoire et anti-œdémateux.
Nota

Les marques citées ci-dessus, sont juste à but informatifs. Le Dr El Alami Trebki n’est lié à aucuns labos. Il ne se base que sur les études réalisées, le retour lors des congrès ainsi que son ressenti expérimental pour choisir la marque de l’implant. Ces implants cités peuvent donc être amené à changer et dès lors, cela sera mis à jour sur le site.

3 – La Chirurgie réfractive par Implant Phaque

La chirurgie par Implant Phaque est une chirurgie réfractive qui permet de traiter les myopies fortes ou les myopies contre-indiqués au laser (cornée fine, douteuse…).

C’est une chirurgie très simple qui dure moins de 5 mn mais nécessite que le patient soit totalement immobile. Effectivement, l’injection de cet implant est assez simple à réaliser et l’implant doit se placer entre l’iris et le cristallin, sans pour autant toucher le cristallin pour ne pas induire une cataracte.

Pour éviter un faux mouvement du patient lors de l’injection, le Dr El Alami Trebki Hicham pratique systématiquement cette chirurgie sous Anesthésie Générale.

Le Dr El Alami Trebki pose les implants ICL de chez STAAR – Ophtafrance.

Cet implant existe aussi en version torique : qui corrige l’astigmatisme lorsqu’il est nécessaire de la corriger. On possède tous un astigmatisme résiduel qui lui n’est pas nécessaire de corriger. Selon le bilan le Dr El Alami Trebki choisira ou non l’implant en version torique.

Les marques citées ci-dessus, sont juste à but informatifs. Le Dr El Alami Trebki n’est lié à aucuns labos. Il ne se base que sur les études réalisées, le retour lors des congrès ainsi que son ressenti expérimental pour choisir la marque de l’implant. Ces implants cités peuvent donc être amené à changer et dès lors, cela sera mis à jour sur le site.

Les effets secondaires

L’effet secondaire principale et transitoire est le syndrome sec comme lors de toutes chirurgie oculaire et l’hydratation par collyres artificiel permet de résoudre ce syndrome sec en quelques mois.

Risques et complications

Le risque principal est l’infection et est exceptionnel. Les règles d’asepties sont les même que pour la chirurgie de la cataracte avec plusieurs désinfections à la bétadine et préopératoire, l’injection d’un antibiotique en per-opératoire et des collyres antibiotiques en post-opératoire.

L’œdème de cornée post-opératoire est fréquent et en général bénin, il peut expliquer le fait que la vision est trouble en post-opératoire et se résout en général dans le mois qui suit la chirurgie. Votre chirurgien peut être amené à vous modifier le traitement pour accélérer la cicatrisation.

Montpellier

La Grande-Motte

Nos actualités

Age idéal pour une chirurgie réfractive

Age idéal pour une chirurgie réfractive

La chirurgie réfractive est une option pour ceux qui souhaitent se libérer des lunettes et des lentilles. Voici quelques informations sur l’âge idéal pour envisager cette procédure.

lire plus